(Français) 7 points à retenir du discours du Nouveau Premier Ministre Ethiopien

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Lundi 2 avril 2018 était une journée historique pour l’Ethiopie qui s’est vue assister à un transfert du pouvoir de façon absolument pacifique. Dr. Abiy AHMED, 42 ans, né d’un père musulman et d’une mère chrétienne incarne une représentativité identitaire presque idéale qui réjouit, et surtout, qui semble avoir apaisé les rues de l’Ethiopie.

Son premier discours, devant les 478 membres du Parlement éthiopien, était marqué de déclarations à la fois rassembleuses et réalistes.

Voici un passage de son discours portant sur l’Erythrée:

“Nous voulons vraiment que ces malentendus cessent avec le gouvernement érythréen et nous jouerons notre rôle à cet égard. Je manifesterai notre volonté de résoudre nos différends par le dialogue dans l’intérêt des deux peuples, qui sont non seulement entrelacés dans leurs intérêts, mais aussi dans le sang. J’appelle le gouvernement érythréen à avoir la même position.”

Et voici les 7 éléments phares de ce discours :

  1. Le respect de l’Etat de droit par le gouvernement éthiopien et la dimension de responsabilité à cet égard  ;
  2. Son engagement en vue de négocier avec le gouvernement érythréen afin de (i) résoudre le différend territorial, (ii) améliorer les relations diplomatiques entre les deux pays et (iii) stabiliser toute la région de la Corne de l’Afrique ;
  3.  Mettre un terme à la corruption rampante en Ethiopie;
  4. Avoir comme priorité la qualité de l’éducation, la création d’opportunités entrepreneuriales pour les jeunes;
  5. Appel aux exilés à rentrer au pays ;
  6. Formulation d’excuses vis-à-vis des victimes civiles qui ont été blessées, tuées lors des récentes protestations ; et
  7. Caractérisation des partis de l’opposition comme des “compétiteurs et non plus des adversaires”.

La vision, non seulement pacifique, mais aussi pragmatique du Premier Ministre AHMED pourrait jouer un rôle instrumental pour son pays ainsi que pour la région toute entière. Par contre, si peu de résultats convaincants ne se traduisent pas dans les semaines et mois à venir, le clivage ethnique risquerait de se creuser encore plus profondément.

Sa tâche est lourde, les espoirs qui reposent sur ses épaules le sont encore plus.

Toutefois, IFE salue cette approche positive et souhaite à l’Ethiopie un nouveau départ prospère et pacifique.