IFE – Lettre aux ambassades de l’Ethiopie

Cliquer ici pour consulter la version PDF de la lettre

TO :

Ambassade de l’Ethiopie                  Ambassade de l’Ethiopie

Rue de Vermont 9                             Birger Jarlsgatan 39

1202 Geneva                                     11 45 Stockholm

Switzerland                                       Sweden

 

CC :        

UNHCR                                                                       Comité international de la Croix-Rouge

Rue de Montbrillant 94                                                     Avenue de la paix 19

1201 Genève                                                          1202 Geneva

Switzerland                                                             Switzerland

Geneva, November 28, 2020

Le samedi 28 novembre 2020, les forces fédérales éthiopiennes ont annoncé la fin du conflit dans la région du Tigray.

Ce conflit, qui a débuté au début du mois de novembre 2020, a causé le déplacement de plusieurs milliers de citoyens éthiopiens vers le Soudan.

Toutefois, les quelque 100’000 réfugiés érythréens abrités dans les quatre camps différents de la région ont subi une double peine, au vu de la nature précaire de leur statut. Au cours de ces dernières semaines, des familles érythréennes dans la diaspora ainsi que dans le pays, ont perdu tout contact avec leurs proches s’étant rendus dans la région ou vivant dans ces camps.

Des Erythréens auraient été des victimes collatérales du conflit militaire. Certaines personnes auraient été blessées et des vies auraient même été perdues. Des cas de disparitions forcées dans les camps opérées par des agents érythréens ont également été rapportées.

L’interruption des moyens de communications et l’absence d’organes indépendants sur place rend difficile toute obtention d’information fiable.

En vertu de l’article 3 de la Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre (1949), IFE demande aux autorités éthiopiennes de (1) renforcer la sécurité et la protection autour et au sein des camps de réfugiés, malgré la potentielle fin du conflit militaire, (2) déployer tous les efforts nécessaires pourrestaurer l’acheminent de denrées alimentaires et de soins médicaux dans les camps et (3) conjointement avec des organes indépendants, mener des investigations impartiales concernant les allégations de disparitions forcées d’Erythréens sur le territoire éthiopien.

Mussie Calmerfalk Ephrem                                        Veronica Almedom

Président                                                                         Co-directrice